Rechercher

La confiance en soi, ça s'apprend

Hier encore, je recevais une personne qui doutait de ses compétences. "Elle n'en vallait pas la peine" selon ses dires. Pourtant, je vous assure que j'ai rencontré une personne merveilleuse, souriante, authentique, attentionnée, attentive et serviable... Cet accompagnement, pas le premier du genre, m'a questionnée quant à l'enseignement prodigué il y a quelques années et à mon rôle de prof. Je rencontre tous les jours de jeunes adultes, âgé-e-s de 19 à 25 ans (pour la majorité) qui doutent de leurs savoirs-être, savoir-agir parfois même de leurs savoirs ! Pourtant, l'école n'est-elle pas le lieu où l'erreur devrait être un tremplin ?


Il n'est plus à prouver que les réussites ne se sont que rarement faites du premier coup ! James Dyson a consacré 5 ans de sa vie et réalisé 5127 prototypes avant l'aspirateur que nous connaissons aujourd'hui, Thomas Edison disait à ses collaborateurs que "le génie c'est 1% d'inspiration et 99% de transpiration", J.K. Rowling a essuyé 12 refus de différentes maisons d'édition avant que la saga d'Harry Potter ne connaisse le succès actuel, Walt Disney a contacté 302 banques avant qu'une personne lui accorde le prêt qui lui a permis de bâtir les parcs d'attraction bien connus, Steven Spielberg a marqué le cinéma du XXème siècle et a pourtant été recalé plusieurs fois des écoles de cinéma, le colonel Sanders et son poulet frit (chaîne de fast food KFC) a entendu le premier oui après 2 ans et 1009 restaurateurs in-intéressés, ... les exemples sont encore nombreux !

Lorsque je cite ces exemples aux personnes que je rencontre, peu d'entre elles ont conscience que les personnes connues et reconnues aujourd'hui ont consacré du temps, de l'énergie, de l'argent à leur réussite. Ils ont cru en leurs capacités et se sont donnés les moyens d'atteindre leurs objectifs.


Pourtant, étant moi-même formatrice dans une haute école, je me questionne. En effet, je parle de cela durant mes cours et j'espère que cela impactera quelques étudiant-e-s pour ensuite impacter quelques élèves, quelques classes, une génération !

Se pourrait-il que le statut de l'erreur soit valorisé et offre à la génération future des solutions pour les encourager, pour les aider, pour que ces enfants se motivent, persévèrent, aillent de l'avant et osent choisir leur rêve plutôt qu'un emploi pour rassurer je ne sais qui et qui les rendra malheureux ?

Se peut-il que les gens se forment au bonheur ? Je crois que tout cela est possible car je suis optimiste et que j'ai changé de voie alors que j'avais un tapis rouge déroulé sous mes pieds uniquement pour être qui je suis, pour répondre à mon besoin vital le plus profond : utiliser les mots pour soigner, pour panser et ainsi offrir aux gens une nouvelle chance de vivre accordés, de vivre en harmonie, de vivre alignés.


Alors je vous le dis, tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n'abandonne jamais. Ne laissez personne prendre des décisions à votre place, ne laissez plus les autres vous définir, prenez du temps pour mieux vous connaître, osez investir sur votre propre personne et atteindre vos objectifs, vos rêves. Soyez votre propre super héros !


© 2020 par cbshypnocoaching. Créé avec Wix.com